Le maintien à domicile rendu impossible

Un maintien à domicile impossible…

 

             Il faut en faire l’expérience pour se rendre vraiment compte de la situation du maintien des personnes de grand âge à leur domicile. En plein mois d’août particulièrement on se retrouve bien seuls : le CIAS manque de personnel et ne propose pas tout ce qui serait nécessaire, le Conseil Départemental ne répond pas pour réévaluer le premier dossier APA constitué il y a peu…Comment ne sait-on pas que l’état de santé d’une personne en fin de vie exige une adaptation bien plus rapide des services. La France est en stand by pendant les vacances et l’on nous dit que tout devrait s’organiser début septembre…En attendant, heureusement que des médecins et des infirmières locaux ont fait preuve d'une immense sollicitude pour que tout se passât bien...

            De la question de l’hospitalisation à domicile, on s’en fait à bon compte le promoteur à l’instar de nombre de promesses de tous nos politiques, mais l’expérience montre que, sans la famille, elle s’avère impossible. Et pourtant, disent-ils, elle coûterait moins cher qu’à… l’hôpital, seule solution adaptée pour la majorité des patients, si l’hospitalisation à domicile n’est pas vraiment rendue possible.

            Pour cette dernière, il y a, bien entendu, le coût de la garde de nuit, de la garde de jour à moindre frais, qui ne peuvent être assumées que par les associations de l’ADMR ou de l’AGAD landais, à la charge des familles qui en ont les possibilités et les moyens…A défaut de véritables services publics, les pauvres ! Voilà la réalité vécue que d’autres personnes de ma commune vivent douloureusement aussi. Ma tante de 88 ans et demi a un cancer métastasé agressif, elle en est à sa quatrième chimio…et a fini par rendre l'âme, sereine à son domicile...

            Pour donner des contours totalement objectifs à ce que vivent les familles, voici un dialogue éclairant que j’ai eu avec le Cabinet d’infirmières proche :     

            − Sans un Cabinet qui prend en charge une personne en totalité, le maintien à domicile des malades en fin de vie, ou profondément dépendants, est impossible…

−Depuis trois semaines, je demande l’appui du CIAS, la réévaluation de l’Aide Personnalisée à la Dépendance gérée par le Conseil Départemental : rien ne bouge à cause des congés. Si nous n’étions pas là, nous la famille, il fallait envoyer ma tante à l’hôpital…On le comprend : mais pourquoi un vrai service de remplacement n’a-t-il pas été mis en place ? Revoilà encore le décalage de notre société du mensonge politique entre les discours et la réalité…Quand on touche du doigt cette dernière, on tombe de haut…Cela signifie, quand on le vit de près, qu’en guise de maintien à domicile, les familles en sont réduites à la solution de l’hôpital !

− C’est sûr qu’il y en aurait des investissements sociaux, des postes à créer, si l’on voulait vraiment une hospitalisation à domicile, des employées mieux rémunérées…Et pas du trompe-l’œil !

−Reste bien entendu la solution par l’argent − et donc cela vous force à accepter l’injustice financière − car cela coûte cher…Il existe en effet des organismes pouvant prendre en charge un malade lourd à domicile, particulièrement la nuit où une vie peut basculer définitivement…

Il est évident que l’Etat a encore un bout de chemin à faire, jusqu’à une véritable prise en charge de l’hospitalisation à domicile pour qu’elle soit vraiment effective.

 

 

 

Revenir

Formulaire de signature des pétitions :


Nom et prénom *


Personnes ayant signé les pétitions :

Saubanere Gérard

De tout cœur avec vous en tant qu'ancien chasseur à l'ortolan et au pinson , je serai heureux de pouvoir retrouver me passion en tout légalité !!!

pignon bernard

pour que continue de vivre les chasses traditionelles